Dieu est loin et nous devons négocier avec ses intermédiaires, les montagnes.

Les sommets des Andes ont toujours eu leur place dans les légendes de l’altiplano.
Voici l’une des plus connues, celle du Sajama, colossal volcan, et point culminant de Bolivie avec ses 6542 mètres d’altitude.

… Il y a bien longtemps se déroulait une guerre impitoyable entre les montagnes.

Le Huayna Potosi, le Condoriri, l’Ancohuma ou encore l’Illampu poursuivaient le même rêve : celui d’être le plus haut d’entre tous !
Des titans se rendant coup pour coup, grandes baffes, coups de griffe et de dents, entrechoquement du roc et de la glace.

« Pacha », le créateur, fatigué de ces querelles, ordonna la fin des hostilités.

Au moment de la trêve, l’Illimani était le grand vainqueur.
Mais un voisin ambitieux contesta sa victoire.

Troublé dans son sommeil, « Pacha » décida de punir l’insolent en lui coupant la tête.
Il fit alors tourner sa terrible fronde…
Tous les sommets, impressionnés, se firent tout petits, le vent de l’arme cosmique brûlait les blessures à peine cicatrisées qu’ils s’étaient infligés les uns aux autres.

Ils entendirent alors le sifflement du projectile et le terrible fracas de l’impact.

Lorsque la poussière disparut, il manquait toute la partie supérieure de l’imprudent.
Sa tête reposait bien loin sur l’altiplano et les hommes le nomment aujourd’hui Sajama, soit « l’éloigné » en Aymara.

Quant au reste dépourvu de tête -et dont on peut admirer la cime qui prend la forme, non d’un sommet, mais d’un vaste plateau neigeux- il se nomme aujourd’hui Mururata, le décapité …