C’est l’endroit le plus sec du monde.
Tenu à l’écart des brises océaniques par la cordillère de Domeyko à l’ouest, tandis qu’à l’est la cordillère des Andes bloque les rares nuages venus de l’altiplano, le désert d’Atacama ne reçoit quasiment aucune précipitation.
Avez-vous déjà rencontré des gens qui n’ont vu la pluie qu’à la télévision ?

Au milieu de ce désert, il est un village particulièrement charmant : situé dans une véritable oasis, à 2450 mètres d’altitude au pied du volcan Licancabur, San Pedro de Atacama est une bourgade paisible où il fait bon vivre.
La base idéale pour explorer une région riche en sites spectaculaires.

La vallée de la lune

En s’éloignant à peine du village, nous voici dans une vallée au paysage lunaire (d’où son nom).
L’érosion a magnifiquement ciselé la roche volcanique, et décomposé la roche sédimentaire en sable et en sel qui tapissent le sol et les grottes.
L’impression est surréaliste, particulièrement quand le coucher de soleil fait s’embraser l’ensemble dans un déluge de rose qui vire au rouge.

Les geysers du Tatio

Le départ se fait très tôt, vers 5h du matin, pour arriver sur le site, 90 km au nord de San Pedro, aux premières lueurs du soleil.
C’est à ce moment que les quelques 80 geysers du Tatio donnent toute leur mesure, sous l’effet du réchauffement après une nuit glaciale.
Certaines de ces marmites peuvent cracher leur eau bouillante et soufrée jusqu’à six mètres de haut, dans un grand bain de vapeur.

Les lagunes Miscanti et Miñiques

Au sud de San Pedro, la laguna Miscanti et sa petite voisine Miñiques sont d’adorables lacs d’altitude (4.100 mètres) entourés par des sommets majestueux.
Pour les découvrir, on longe d’abord le salar d’Atacama avant d’emprunter une piste montagneuse à souhait, 4×4 recommandé.

Salar d’Atacama

Ce salar, qui s’étend sur 3000 km2, présente plusieurs aspects.
Des zones encore marécageuses, d’autres sèches, et toujours un mélange de sel et de terre rougeâtre en cours de séparation.
Au milieu du salar, ne ratez pas la jolie lagune Chaxas et sa colonie de flamants.

Pukará de Quitor

Cette imposante fortification étagée construite au XIIe siècle se trouve à 3 km au nord ouest du village de San Pedro, ce qui permet de s’y rendre facilement à pied ou en vélo.
Sur place, essentiellement des ruines, et peu d’informations, mais un superbe point de vue panoramique depuis le sommet de la colline sur laquelle le site est bâti.

Thermes de Puritama

Huit bassins reliés par des passerelles de bois, presque cachés par les roseaux et les herbes hautes qui les entourent. L’eau est à 34 degrés, la sensation délicieuse.
Une excursion à organiser au départ de San Pedro (40 mn de route), ou au retour de la visite des geysers du Tatio (c’est presque sur la route).

Vallée de la mort

A proximité de la vallée de la lune, un autre site évoque une planète exotique. Cette fois ci, on opta pour l’analogie avec les paysages de Mars.
Une petite distorsion plus tard, et voilà que la vallée « de Marte » (de Mars en espagnol) devint la vallée « de la muerte » (de la mort).
Petite soeur de la vallée de la lune, elle n’offre pas grand-chose de plus.

Observatoire radioastronomique de Llano de Chajnantor

A 5000 mètres d’altitude, le réseau d’antennes millimétrique/submillimétrique de l’Atacama (ALMA) est un observatoire unique de conception révolutionnaire, composé de soixante six antennes de haute précision, ce qui en fait le plus grand réseau de télescopes au monde.
Les amateurs d’astronomie attendent toujours que les visites soient autorisées.
En attendant, dans cette région, il suffit de ses deux yeux, la nuit venue, pour jouir du spectacle d’une voûte céleste particulièrement pure.