Ville des plus étonnantes qui soient, La Paz est chaotique, fatigante mais surtout terriblement passionnante.

La capitale la plus haute du monde

La première chose qui frappe à l’arrivée, c’est l’environnement dans lequel la cité a été bâtie : une immense cuvette bordée de cimes enneigées, dégringolant des hauteurs à plus de 4000 mètres, jusqu’au bas de la ville à 3200 mètres.
En toile de fond, le majestueux Illimani, 6.438 mètres, deuxième sommet du pays, devenu le symbole de La Paz.
Certainement face à l’un des milieux naturels les plus époustouflants qui soient pour abriter une métropole.

Capitale la plus haute du monde, La Paz est indéniablement une cité indienne : les marchés aux mille couleurs font partie intégrantes de la vie quotidienne ; sur chaque trottoir, une multitude de marchands ambulants vendent des plantes aux vertus médicinales ancestrales, des fœtus de lamas pour les cérémonies païennes ou encore les tous derniers MP3 à la mode.
Des quartiers entiers sont occupés par des yatiris, mystérieux chamans, proposant leur service à la population pour leur apporter protection et santé.

Mais La Paz, c’est aussi une ville cosmopolite : la culture urbaine y est très bien installée, les hommes d’affaires en vestons cravates côtoient les cholitas, femmes aymaras aux multiples jupons et coiffées de l’indispensable chapeau melon, véritables patronnes de la ville.

Cité contrastée également : les classes aisées résident dans la partie la plus basse, là où le climat est le plus clément et où la végétation est existante.
La population la plus pauvre habite la portion la plus haute de la ville, qui est aussi la plus froide et la plus escarpée.

La Paz, ville contrastée et dynamique

Encore plus haut, sur le plateau surplombant la métropole, se trouve El Alto : autrefois banlieue de La Paz, El Alto est devenu aujourd’hui une ville à part entière avec son million d’habitants.
L’aéroport international le plus haut du monde, à 4100 mètres, y est situé.
C’est là aussi que se trouve le plus grand marché du continent : s’étendant sur une centaine de pâtés de maison, l’incroyable marché « 16 de julio » (16 juillet) regroupe des dizaines de milliers de vendeurs.
Les habitants de La Paz y montent chaque semaine, également par dizaines de milliers, à la recherche de légumes ou fruits tropicaux, de voitures d’occasion, d’électroménager ou autres gadgets Hi Tech de contrebande. Ce marché est ainsi devenu, en quelques années à peine, le véritable poumon économique de la ville.

Ainsi, malgré sa circulation chaotique et son architecture désordonnée, La Paz est une ville unique, à l’ambiance extraordinaire.
Peu en repartent déçus, beaucoup tombent sous le charme de cette cité classée par la fondation News7Wonders parmi « les sept nouvelles villes-merveille de la planète ».