De ce côté de la frontière, on ne dit plus « altiplano » pour désigner ce milieu d’altitude, aride et montagneux, parsemé de lacs de sel.
En Argentine on l’appelle « puna ».

Et si ça ressemble fort à l’altiplano, on sent bien que ce n’est plus tout à fait la même chose.
On est en bordure du grand  « plateau », et à mesure que les Andes se plissent c’est de moins en moins  « plano ».
L’horizon s’est rétréci, le terrain se fractionne petit à petit et les paysages changent à vue d’oeil, jusqu’à prendre la forme de profondes dépressions, les vallées Calchaquies.

Cette fois on a bien quitté l’altiplano. Il y a de l’eau, de la végétation, des cultures, la présence humaine se densifie.

Que l’on arrive de Bolivie ou du Chili, on se retrouve très vite sur la mythique ruta 40, qui débute ici et parcourt tout l’Argentine, jusqu’à Ushuaia.
On commence par emprunter la quebrada (littéralement  « la cassure ») de Humahuaca.
Les  « cardones », les cactus géants, font leur apparition, à certains endroits leurs champs s’étendent à perte de vue.
On s’arrêtera spontanément pour contempler la montagne aux 7 couleurs, énorme tableau polychrome qui semble façonné par un artiste.
On enchainera avec une pause à Purmamarca, charmant village qui s’adosse à une montagnette d’un ocre intense.

Plus au sud, nous voici à Jujuy, première véritable ville depuis des jours. Elle présente peu d’intérêt, on file jusqu’à Salta et on a bien raison.
Patrimoine colonial remarquable, douceur de vivre, plaisirs de la table : nous en faisons notre ville de base pour quelques jours, le temps de profiter de tout ce que la région peut offrir.

D’abord prendre une journée pour flâner dans la ville, se prélasser en terrasse, et visiter le très chouette (et émouvant) Musée d’Archéologie de Haute Montagne (immanquable, il se trouve sur la place principale).

Après quoi on aura un large choix de balades dans les environs.
Remonter vers la puna, Tolar Grande et le salar de Arizaro.
Se balader entre les ravissants villages de style colonial des environs : La Poma, Cachi, Seclantas …
Explorer la très belle quebrada de las conchas qui nous amène toujours plus au sud.

Voilà Cafayate, et ses vignobles d’altitude.
Décidemment ici on sait bien vivre, et bien recevoir.
Et définitivement, l’altiplano est derrière nous.