Le Parc Sajama

Le Parc National de Sajama est le plus ancien du pays, et certainement l’un des plus captivants.
Crée en 1939, ce lieu magique n’a longtemps été fréquenté que par les andinistes se lançant à l’assaut de l’imposant volcan Sajama, 6542 mètres d’altitude, le plus haut sommet de Bolivie.

Aujourd’hui, ce Parc est la destination rêvée pour les amoureux des grands espaces : un immense plateau bordé de majestueux volcans formant une frontière naturelle avec le Chili, des eaux thermales en pleine nature, des geysers perdus dans les contreforts de la cordillère, les troupeaux d’alpagas tout proches, des hordes de vigognes au loin. Un vrai bonheur.

Parmi la faune sauvage la plus remarquable, on peut souligner la présence du rare et craintif puma, du tatou des Andes, du mystérieux titi ou chat andin -l’un des félins les plus menacés et les moins connus de la planète- des innombrables vigognes, nandous et viscaches ou encore des flamants et quelques condors.

Sur les flancs du volcan Sajama pousse l’arbre « le plus haut du monde » : le queñua.
Ce remarquable arbuste que l’on trouve encore à 5200 mètres, résiste à des températures jusqu’à -18 ºC  grâce a sa sève très épaisse qui ne se congèle pas et son écorce composée d’une multitude de couches protégeant son tronc noueux du froid glacial.

Encore plus haut, tout au sommet du Sajama, un événement complètement insolite a eu lieu en 2001 : un match de foot organisé par des guides de haute montagne de La Paz et du village de Sajama. Ce projet complètement fou visait à prouver que l’altitude n’est pas un obstacle à la pratique du football !

Le Parc de Sajama se prête tout aussi bien à la randonnée, à l’observation de sa faune unique, ou à la rencontre de ses habitants, de vrais altiplaniens longtemps isolés du reste du pays.

Pour les andinistes, c’est aussi l’occasion de gravir un sommet de plus de 6000 mètres sans trop de difficultés : le Parinacota (6348 m alt.), volcan au cône parfait, depuis le cratère duquel notre vue englobe d’un coté l’ensemble du Parc de Sajama, et de l’autre, le Parc National Lauca et le désert de l’Atacama chilien, plongeant jusqu’aux côtes du Pacifique.
Le Pomerape (6282 m alt.) est l’autre « payachata » (jumeaux) aligné au Parinacota.
Tous deux ont un pied en Bolivie, l’autre au Chili.

Le Parc Lauca

Sitôt franchie la frontière (à la sortie du parc de Sajama, au poste de contrôle de Tambo Quemado, 4680 mètres d’altitude !) on redescend du côté chilien.

Des traces d’eau font leur apparition, on pénètre rapidement dans le Parc Lauca.
Il est parsemé de lagunes autour desquelles une faune discrète a élu domicile.
Lamas, alpagas et vigones bien sûr, mais aussi 130 espèces d’oiseaux : ibis, perdrix des hauts plateaux, oies sauvages, autruche …

Les Parc de Sajama et du Lauca ont de multiples atouts.
Les conditions climatiques rudes et le manque de logements ne permettent pas d’accueillir un nombre élevé de visiteurs, ce qui leur confère un charme intimiste.